Dolor acutus est in me*

Tête - douleuyr

L’acide inonde les muscles et provoque une brûlure qui irradie le corps. Les os semblent s’emboîter et se déboîter au fur et à mesure des impacts aux sols. La vision se perd, une humidité trouble les yeux et dresse un rideau opaque. Jamais la sensation d’être un amas de chairs et de muscles n’a été aussi présent dans l’esprit.

Pourquoi continuer de courir ? Pourquoi prolonger ce supplice ? Comment s’évader de cette machine qui est en nous et provoque l’addiction ? Une addiction à l’effort, à la performance, à la douleur. Cette volonté de toujours continuer de courir, comme pour repousser sa faiblesse et aller au-delà de ses limites. Découvrir que l’on peut encore aller plus loin. Plus longtemps.

Transformer son corps en un instrument qui se propulse à chaque frappe de nos pieds. Modifier sa musculature en jouant sur des entraînements spécifiques. Constater que ses mollets ont du mal à passer nos pantalons. Toutes ces choses qui vous font comprendre que vous faites partie de la catégorie des runners.

La douleur est la compagne qui demande le mariage malgré vos refus incessant.

Elle frappe à la porte durant des kilomètres, certaine qu’elle vous accrochera à son tableau de chasse. La repousser est votre mission. L’éviter votre serment. Mais elle est là pour vous rappeler que votre sport mérite des sacrifices.

Il faut appréhender sa douleur, sa souffrance parfois. Savoir quand elle va se manifester. Deviner quand elle va vous planter son canif dans la cuisse ou dans le mollet.  L’ignorer est une force, mais peut être une source de rupture brutale. Evaluer le degré de l’attaque par rapport à l’effort à fournir, vous permettra de savoir si vous êtes encore apte à continuer le combat. Ou à lâcher la bataille.

Il faut travailler efficacement sa douleur. La dompter, la maîtriser. Réduire sa nuisance. Certains vous diront que la solution passe par des entraînements ciblés afin de stimuler à petite dose sa douleur et se renforcer à son contact. Construire des barrières sur chacun de ses muscles afin de les rendre plus forts.

Franchir ce mur en vainqueur.

Mais la réponse est mentale. Créer ce verrou intérieur afin de ne pas la laisser décider de votre sort. Se concentrer sur l’effort fourni et l’énergie positive dégagée. Mettre l’accent plus sur la sensation de puissance que sur la difficulté rencontrée. Serrer les dents sans perdre de vu notre jauge interne qui nous alertera en cas de zone rouge.

Mantra

Garder en tête cette phrase tel un mantra, « No Pain, No Gain, and Keep Running ». La répéter telle une formule mystique et se laisser submerger par sa force…

 

 

*la douleur est en moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s